Centre d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI)

 

1          Définition du CATI

Les Centres d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI) visent à permettre aux innovateurs camerounais d’avoir accès à des prestations locales de services d’informations technologiques et scientifiques de qualité ainsi qu’aux services connexes.

 

2          Objectifs du CATI

A terme, les CATI devront :

  • Permettre une meilleure appréciation des apports de la propriété industrielle ;
  • Identifier et diffuser l’information scientifique et technique ;
  • Favoriser l’implémentation et la vulgarisation des technologies nouvelles et essentielles ;
  • Favoriser la création d’entreprises innovantes ;
  • Sceller la coopération entre l’université camerounaise et les investisseurs nationaux et étrangers.

3          Les Activités

Les services offerts par tous les CATI comprennent :

  • L’accès aux ressources scientifiques et techniques en ligne ;
  • L’accès aux publications relatives à la propriété intellectuelle ;
  • Une aide à la recherche d’information en matière de technologie ;
  • Une formation à la recherche dans la base de données ;
  • Des recherches à la demande (nouveautés, état de la technique et atteintes aux droits) ;
  • La surveillance des avancées technologiques et des concurrents ;
  • Des informations de base sur la législation relative à la propriété industrielle ;
  • Des informations de base sur la gestion de la propriété industrielle et les stratégies propres au domaine ;
  • Des informations de base sur la commercialisation de la technologie ;

 

4          Bénéficiaires

Le public visé comprend :

  • Les universitaires privées et d’Etat ;
  • Les instituts de recherche ;
  • Les inventeurs et chercheurs indépendants ;
  • Les entreprises, PME/PMI ;
  • Les chambres consulaires et les organisations professionnelles.

 

5          Tâches des points focaux CATI

Les tâches sont les suivantes :

  • Identifier les problématiques techniques au niveau des entreprises et les thèmes de recherche pertinents au niveau des universités et instituts de recherche à travers la veille technologique ;
  • Stimuler les inventeurs et chercheurs à la brevetabilité de leurs travaux : le nombre de brevets camerounais est augmenté significativement de 20% par an ;
  • Faciliter les possibilités de transfert de technologies ;
  • Stimuler la mise en œuvre des projets d’entreprises basés sur les brevets tombés dans le domaine public ;
  • Réaliser un fond documentaire scientifique et techniques suivants les thématiques spécifiques par centre ;
  • Faciliter les échanges entre le réseau national CATI et les réseaux similaires d’autres pays ;
  • Assurer la veille technologique et communiquer sur l’état de l’art dans différents domaines scientifiques et techniques ;
  • Sensibiliser les populations aux droits et à la gestion des actifs de la Propriété Intellectuelle ;
  • Vulgariser les procédures de dépôt et de demandes des brevets, organiser des séminaires de sensibilisation sur les brevets et leurs exploitations ;
  • Créer et mettre en réseau de nouveaux CATI suivants les thématiques ci-après : ingénierie, agronomie, agro-industrie, biotechnologie et pharmacie, sciences médicales et bien d’autres ;

 

6          PATENTSCOPE

Le service de recherche PATENTSCOPE est un système gratuit de recherche de brevets mis à disposition par l’OMPI, à l’aide duquel on peut accéder à des millions de documents de brevet. Le lien d’accès est : https://patentscope.wipo.int

Il existe plusieurs autres bases de données comme :

  • HINARI : C’est une base de données en médecine, en sciences sociales et de la santé. Elle inclut les journaux en sciences de l’information et langages. On note 4800 institutions abonnées et 8500 journaux accessiblesdans 105 pays.Le lien d’accès est : who.int/hinari/
  • AGORA qui est une base de données électronique dans les domaines de l’agriculture, des pêcheries, de l’alimentation, de la nutrition, des sciences vétérinaires et des sujets connexes. On note 3000 journaux scientifiques accessibles dans 107 pays. Le lien d’accès est : aginternetwork.org
  • OARE qui est une base de données électronique sur les disciplines contribuant à notre compréhension de la nature et de l’environnement. On note 4150 journaux accessiblesdans 100 pays. Le lien d’accès est : oaresciences.org
  • ARDI est une base de données électronique pour l’accès à la recherche pour le développement et l’innovation. On note 1000 journaux accessibles dans 107 pays. Le lien d’accès est : http://www.wipo.int/ardi/fr